SCALE UP SWEDD

QU’EST-CE QUE LE PROJET SWEDD ?

Le Projet régional « Autonomisation des Femmes et Dividende Démographique au Sahel »- « Sahel Women’s Empowerment and Demographic Dividend » (SWEDD) est un partenariat novateur et multidimensionnel entre sept pays.

(Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad)
dans la région du Sahel, la Banque mondiale, le Fonds des Nations Unies, et l’Organisation Ouest-Africaine pour la Santé.


Démarré en 2015, pour une durée initiale de 4 ans, le SWEDD a comme objectif principal

d’accélérer la transition démographique et de réduire les inégalités entre les sexes dans le Sahel,
en améliorant notamment l’autonomie des femmes et des adolescentes, leur accès à la planification familiale, et aux services de qualité et produits de santé maternelle et infantile.

Trois stratégies sont mises en œuvre pour atteindre cet objectif : une stratégie axée sur l’amélioration de la demande, en favorisant les changements sociaux et comportementaux et l'autonomisation sociale et économique des femmes et adolescentes. La deuxième stratégie s’articule autour des ressources humaines et renforce les capacités régionales pour la mise à disposition des produits de santé reproductive, maternelle, néonatales, infantile et nutritionnelle (SRMNIN) et en personnel qualifié. La troisième stratégie, elle, permet de renforcer l’engagement politique et la capacité d'élaboration des politiques liées au dividende démographique.

POURQUOI LE PROJET SWEED ?

Le SWEDD est une réponse concertée (Groupe de la Banque mondiale et des Nations Unies) à l’appel à l’action lancé par les chefs d’Etat de la région du Sahel sur les questions pressantes de démographie et la capture du dividende démographique en Afrique. Il est donc primordial de réduire les taux de fécondité et de mortalité infantile, d’améliorer l’accès aux soins de santé pour les femmes, de lutter contre les mariages des enfants et autres pratiques néfastes. Le Président du Niger, Mahamadou Issoufou, déclarait alors

« lorsque l’on donne aux femmes l’éducation qu’elles méritent, la société devient plus juste ».

Le projet SWEDD participe à l’amélioration du niveau d'autonomisation des femmes et des adolescentes et leur permet d'accéder plus facilement aux services de santé reproductive, infantile et maternelle de qualité. En poursuivant l'éducation et en approfondissant les connaissances en matière de nutrition et de santé de la reproduction, maternelle, néonatale et infantile de la population féminine,il sera possible de

faire baisser les taux de fécondité et de freiner la pratique du mariage des enfants,
des facteurs qui empêchent les femmes de prospérer et de participer pleinement à l’activité économique. En outre, ces interventions permettront de stimuler la demande et l’accès des femmes aux services de planification familiale.

Le projet SWEDD permet également d'accroître la production et le partage des connaissances, les capacités et la coordination régionale. Il est important de promouvoir dans la région du Sahel les connaissances et les données sur les programmes de développement qui ont fait leurs preuves dans le domaine de la condition féminine et qui permettront de créer des perspectives économiques pour les femmes et les filles de la région.

QU’EST-CE QUE LE DIVIDENDE DEMOGRAPHIQUE ?

« (…) Un pays dans lequel la part des jeunes dans la population augmente et le taux de fécondité diminue peut récolter les fruits d’un « dividende démographique», un phénomène de hausse de la productivité économique qui se produit lorsque le ratio de la population active par rapport au nombre de personnes à charge s’accroît.
L’UNFPA travaille avec des partenaires (notamment la société civile, les communautés et les gouvernements) pour encourager l’adoption de politiques propices à la réalisation de ce dividende. Ces politiques consistent notamment à améliorer l'accès à une éducation de qualité et à l’emploi, ainsi qu’à réaliser des investissements en faveur de la santé des jeunes, en particulier la santé sexuelle et reproductive. »
Le projet SWEDD a ainsi pour principal objectif la capture des dividendes démographiques au Sahel, à travers la scolarisation de la jeune fille, l’autonomisation des femmes par la création des activités génératrices de revenus et l’accessibilité à des services de santé de la reproduction de qualité.

Voir plus

PAYS CONCERNES

Sept pays du Sahel (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) dans l’opérationnalisation du Projet.
Prévue de 2019 à 2023, la phase II du Projet sera étendue à d’autres pays : Sénégal, Gambie, Guinée Conakry, Sierra Leone, Liberia, Ghana, Togo, Nigeria, Cameroun, République centrafricaine, République démocratique du Congo, Soudan et Madagascar.
Au total, vingt pays du Sahel vont bénéficier du Projet SWEDD dont les sous composantes seront augmentées et les domaines d’intervention renforcés.

FINANCEMENT ET MISE EN ŒUVRE

Doté d'un budget de 295 millions de dollars, le projet SWEDD est cofinancé par la Banque mondiale et les pays bénéficiaires avec l’appui technique du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), qui coordonne globalement le projet et l’assistance technique de l’Organisation Ouest-Africaine de la Santé (OOAS).

IMPACT

Le SWEDD a réalisé en quelques années des progrès remarquables dans la mise en œuvre programmatique et financière. Ces résultats encourageants sont à l’origine de la demande des six pays en faveur de l’extension temporelle du projet; des demandes motivées par l’impact positif des interventions sur les questions de paix, de sécurité, d’amélioration de la santé maternelle et infantile, de la scolarisation des filles et de l’autonomisation des femmes.
Les résultats enregistrés durant le déroulement du Projet ont ainsi permis de noter le rôle important du SWEDD, notamment grâce à son impact sur la

la réduction de la mortalité maternelle, infantile et néonatale
et sa contribution à atteindre les Objectifs de développement durable (ODD), conformément aux Objectifs 3,5 et 17 de bonne santé et de bien être à l'horizon 2030.


Les études établissent pour la première fois l’augmentation de la prévalence contraceptive et la baisse des mariages précoces dans les six pays du Sahel. Le Projet a permis d’inscrire la question de l’autonomisation économique et sociale des femmes et des filles dans l’agenda politique des pays. Sa mise en œuvre a été impulsée non seulement par l’engagement fort des Premières dames à promouvoir le SWEDD auprès des communautés, des leaders politiques, des chefs traditionnels et religieux mais aussi par les organisations de jeunesse et les artistes de renom de la région.

L’extension du SWEDD jusqu’au 31 décembre 2023 constitue une opportunité supplémentaire de consolidation et de passage à l’échelle des meilleures pratiques dans l’ensemble des pays bénéficiaires.

NOS PARTENAIRES